Books
Wind
Feed Laws
Renewables
About

News & Articles on Community Power

May 5, 2006
Gaëtan Ruest

LA NOUVELLE POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE VS LES PROJETS ÉOLIENS EN QUEBEC


Amqui, Quebec, Canada, vendredi le 5 mai 2006

OPINION

Source :
Gaëtan Ruest ing.
Maire d'Amqui
Cell : 418 629 7334

La nouvelle politique énergétique annoncée hier par le Gouvernement du Québec et son ministre à l'énergie M. Pierre Corbeil est un solide pas dans la bonne direction.

Toutefois je m'interroge très sérieusement sur les règles d'appels d'offres beaucoup trop complexes qui entraîneront assurément des délais excessifs pour les promoteurs de petits projets de parcs éoliens communautaires. Car selon les détails de cette toute nouvelle politique énergétique faite hier par le Monsieur le Ministre Pierre Corbeil, on peut s'attendre à ce que l'appel d'offres pour ce nouveau bloc additionnel de 500 MW pour des projets éoliens communautaires qu'il nous a annoncé, dont 250 MW ont été réservés pour les communautés autochtones qui souhaiteraient se faire promotrices de tels projets, hé bien que cet appel d'offres ne soit finalement lancé qu'en 2007 pour des projets qui devront alors êtres par la suite soumis en 2008 pour finalement voir les projets acceptés ne pouvoir se concrétiser qu'en 2010! Voilà donc un très gros HIC dans l'affaire!

Si M. François Pélissier, ingénieur et conseiller à la Ville de Nancy a pu dans un pays très bureaucratisé tel que la France, initier et concrétiser un projet éolien communautaire de 33 MW en l'espace de 18 mois, je m'imagine très mal qu'ici au Québec alors que nous prétendons vouloir nous approprier le titre de leader incontesté en matière de développement d'énergie éolienne, hé bien que l'on oblige avec de telles procédurites administratives de longue haleine des promoteurs de parcs éoliens communautaires tel le projet Matapédien d'un parc de 9 MW proposé par la SIDEM (Société de développement éolien de La Matapédia) à devoir s'engager dans un aussi lourd processus qui les obligera à prendre plus de 48 mois (4ans) pour espérer voir leur parc produire ses premiers kilowatts heures, m'interpelle très sérieusement!

Je demande donc à M. Pierre Corbeil de revoir immédiatement ces règles de prodédurites aigues afin que les promoteurs de parcs communautaires tel la SIDEM puissent profiter d'une plus grande souplesse dans l'élaboration, le dépôt, l'analyse et l'acceptation de leurs projets. De plus, je crois qu'à l'instar de notre voisine de l'Ontario, on devrait favoriser les promoteurs de parcs éoliens communautaires en mettant en place ici aussi au Québec un programme d'appel d'offre STANDARD.

De plus, compte tenu de la volonté du Gouvernement du Québec d'aller de l'avant avec de nouveaux barrages, je réitère ma suggestion de prendre le virage de l'installation des grands parcs éoliens à proximité de ceux-ci. Les sites d'implantations de ces nouveaux grands barrages sont tous d'excellents sites pour l'implantation de grands parcs d'éoliennes. Les études les plus récentes nous l'ont confirmé. La combinaison barrages/parcs éoliens est l'une des meilleures combinaisons au monde et nous l'avons-nous ici au Québec. Alors pourquoi ne pas en profiter en faisant coïncider la construction de ces tous nouveaux grands barrages avec la constructions de tels grands parcs éoliens en leur proximité, nous profiterions ainsi du fait que les entreprises de construction sont déjà sur place avec leurs équipements et travailleurs, nous ferions ainsi une pierre deux coups et ce à bien meilleur compte au total des deux projets mis en phase synergique!

Les meilleurs sites potentiels des diverses régions ressources et habitées du Québec pourraient être alors réservé pour des projets communautaires de plus petites tailles. Il est reconnu que des projets de plus petites tailles soulèvent moins les contestations des citoyen(ne)s concernés et cela d'autant plus que si ceux-ci sont de nature d'appropriation collective et communautaire.

Si en France l'EDF investit annuellement des sommes importantes dans l'enfouissement des ses réseaux d'utilités publiques et qu'ici au Québec on a à toute fin pratique mis en veilleuse un tel programme à peine mis en route (à peine 40 municipalités ont pu en profiter) je trouve personnellement insensé que l'on contamine nos magnifiques paysages humanisés par des rassemblements d'éoliennes géantes et de nouvelles lignes de distribution aériennes alors que nous pourrions nous éviter de tels inconvénients permanents en faisant preuve de grande sagesse en favorisant l'implantation de celles-ci à proximité de nos grands barrages, là où les impacts négatifs seraient minimisés à leur plus simple expression.

Ceci d'autant plus que ces fameux grands parcs d'éoliennes géantes, sont la propriété de promoteurs tel les : Skypower, les Northland Pover, les Trans Canada Pipelines, les Hydro-Méga, les 3CI…qui n'ont que très peu à offrir de leurs revenus massifs obtenus par leur vente d'énergie électriques à notre Hydro Québec National aux communautés locales et propriétaires fonciers! Par exemple Cartier Énergie Électrique qui est à installer un parc de 100 éoliennes de 1.5 MW chacune dans le secteur de Baie-des-Sables au Bas-Saint-Laurent ne versera qu'à peine 100,000$ annuellement à la dite municipalité alors qu'une seule de ces éoliennes géantes génèrera environ 400,000$ de revenus bruts annuellement!

Ne serions nous pas en train de nous vendre pour des plats de lentilles? Je considère comme vraiment indécent l'arrivée de ces grands parcs éoliens sur nos territoires. Les huit MRC du Bas-Saint-Laurent devant une telle situation ont toutes misent de l'avant des projets de RCI (règlement de contrôle intérimaire) pour en régir leur implantation, mais en fait, dans le concret, cela n'y changera pas grand-chose au fait que nos magnifiques paysages seront contaminés à tout jamais avec leur présence indécente et ce à très vil prix pour les premiers concernés, les habitants et communautés locales!


© 10/2011-01/2018  -  all rights reserved by wind-works.org  -  paul gipe  -   webwork by www.beebox.com